Interview de notre partenaire boucherie Moron

Interview Mireille Moron

2 juin 2021



Peux-tu te présenter ?

Je suis Mireille Moron, femme de Denis Moron qui a créé la boucherie Moron en 1973. J’ai repris il y a 9 ans. Je n’étais pas du métier au départ mais j’y ai pris goût en travaillant avec Denis et son équipe lors des fêtes. J’ai commencé à travailler le foie gras. Je me suis formée et petit à petit j’ai commencé à désosser même si je n’ai pas les compétences de nos bouchers. Je me suis orientée plus vers la fabrication. J’adore ce que je fais.

Avant, j’étais ingénieure en formation et j’étais consultante en analyse stratégique et conduite de projets. Je donnais des cours à des adultes et j’accompagnais dans le montage de projets


Est-ce que tu fais du sport ?

Bien sûr. J’ai fait partie un temps à l’OTC 45 ; Denis y est toujours licencié. Mais je pratique moins le triathlon. Je pratique plutôt le yoga, le pilates, la course à pied.


Votre boucherie se trouve aux Halles Chatelet. Tu peux nous en dire plus ?

Nous sommes ouverts du mardi au dimanche midi avec journée continue vendredi samedi.

Nous sommes très fidèles à nos éleveurs. On en a en Blonde d’Aquitaine, en Aubrac, en agneau fermier du Quercy, porcs fermiers d’Auvergne… tous les éleveurs qui aiment bien travailler, on travaille avec eux.


On fabrique avec nos produits, avec nos viandes et nous faisons notre fumage. Actuellement commence la saison des saucisses, des brochettes : saucisses au citron confit, au tomates confites, aux herbes…


Nous avons un nouveau projet : SCOOP ! je me lance dans les marchés. Je viens d’acheter un camion. Cela faisait longtemps que je voulais essayer. Je ne pensais pas le faire maintenant et cela s’est accéléré. Donc je commence en septembre sur les routes du Loiret mais je ne connais pas encore nos villes d’accueil.


La boucherie Moron soutient depuis quelques années l’OTC 45 ; cette année encore avec l’organisation du triathlon à distance. Pourquoi ?

On soutient le club car on aime bien l’ambiance et les gens qui sont licenciés. Le triathlon est un sport qu’on trouve beau. Les 3 disciplines sont tellement complémentaires. Quand on connait la difficulté des transitions, c’est courageux de se lancer dans ce sport. C’est un sport qui demande de l’entrainement et une grande capacité d’adaptation.

On a voulu soutenir le triathlon à distance car on soutenait le Brin d’amour et on a trouvé que c’était une riche idée de continuer à proposer un évènement malgré la covid qui a obligé l’annulation du Brin d’Amour et d’organiser quelque chose quand-même plutôt que d’attendre la prochaine édition du Brin d’amour en 2022.

J’en profite pour dire que le Brin d’amour a été ma première compétition de triathlon. Je l’ai fait avec un vélo avec un panier derrière. J’ai vite compris pourquoi il y en avait qui avait des vélos performants !


Merci Mireille et à bientôt

Featured Posts
Recent Posts